Tout savoir sur la grossesse

By  |  0 Commentaire

La grossesse est un moment particulier dans la vie d’une femme. C’est une merveilleuse aventure qui a pour finalité la rencontre d’un petit être qui changera sa vie à jamais. Cette belle expérience peut se révéler être aussi un vrai parcours du combattant. En effet, les diverses transformations que subit son corps peuvent la déstabiliser si elle n’y est pas assez préparée.

De plus, cette période de sa vie l’amène à se poser de nombreuses questions qui peuvent la plonger dans une incertitude croissance. Et avec les conseils qui fusent de toute part, il est assez difficile de savoir où donner de la tête. Alors, pour toutes les futures mères, dans cet article, je vous livre l’essentiel à savoir pour vivre au mieux votre grossesse.

Comment se manifeste la grossesse ?

Résultats des tests de grossesse

La première des choses quand l’on est enceinte, c’est de savoir reconnaître les symptômes de la grossesse afin de pouvoir mieux les appréhender. Voici donc quelques signes auxquels vous pouvez vous fier afin de savoir que vous êtes enceinte.

L’absence de règles

Le tout premier signe qui met la puce à l’oreille est l’absence de règles. Lorsque vous tombez enceinte, votre cycle menstruel cesse afin de permettre au bébé de se développer dans les meilleures conditions et elles ne reprennent qu’après l’accouchement.

Pour celles qui ont la chance d’avoir un cycle régulier, le retard ou l’absence totale des menstrues est souvent synonyme d’un début de grossesse. Il peut arriver aussi qu’elles ressentent des tiraillements dans le bas du ventre. Par contre, pour celles qui n’ont pas cette chance, il convient mieux d’effectuer un test de grossesse.

Toutefois, il existe des cas rares de saignements malgré l’état de grossesse. Pour ces cas particuliers, un suivi gynécologique est recommandé.

La poitrine douloureuse

Ensuite, vous observerez des transformations au niveau de votre corps. Il ne va certes pas s’arrondir tout de suite, mais déjà au niveau de votre poitrine vous sentirez une certaine pesanteur assez douloureuse comme pendant les menstruations. La différence ici est que cette pesanteur sera constante et votre poitrine prendra de plus en plus de volume au fil des mois. Votre poitrine sera aussi très sensible au moindre effleurement et vous constaterez que la couleur de vos mamelons deviendra plus foncée à cause de l’influence de l’hormone de la grossesse HCG

Les nausées et les vomissements

Environ 70 % des femmes ressentent des nausées à partir de la 4e ou de la 6e semaine, et ce durant tout le premier trimestre. Ces nausées peuvent s’accompagner ou non de vomissements. Rassurez-vous, les raisons de ces symptômes ne sont pas psychologiques, mais bel et bien organiques. La raison principale est bien évidemment liée à l’augmentation du taux de l’hormone de la grossesse. Couplées avec les œstrogènes, elles provoquent les nausées et d’éventuels vomissements. À partir de la 12e semaine, les nausées disparaissent, car le taux d’hormone baisse généralement à ce moment-là.

Le dérèglement alimentaire

Les nausées troublent vos habitudes alimentaires, mais les symptômes ne s’arrêtent pas là. La grossesse perturbe aussi du tout au tout vos habitudes alimentaires. Vous aurez des envies soudaines de manger des aliments que vous ne consommiez pas auparavant ou des fringales incontrôlables qui vous font grignoter sans arrêt. En même temps, vous pouvez aussi être écœuré par des aliments que vous affectionnez. Si vous remarquez ces signes, ne vous y méprenez pas, vous êtes enceinte. 

Les envies urinaires pressantes

Ce symptôme se manifeste déjà en début de grossesse. Vous ressentirez des besoins urinaires plus fréquents qu’à l’accoutumée. Cette manifestation est due à l’utérus qui grossit et exerce une pression constante sur la vessie dès le début de la grossesse. Donc ce phénomène n’est pas en rapport avec la taille de votre bébé.

La fatigue générale

La grossesse est une étape qui demande beaucoup d’efforts à votre corps qui dépense assez d’énergie afin de s’adapter aux besoins de l’embryon. De ce fait, vous ressentez une énorme fatigue qui s’ajoute aux autres symptômes et vous n’avez qu’une seule envie : juste vous reposez. Ce qui tombe bien, car la progestérone distillée en forte dose dans votre corps a des effets relaxants sur vous. Cet état de fatigue s’estompe très vite au fur et à mesure que votre premier trimestre tend vers sa fin alors profitez de cette période pour bien vous reposer et vous relaxer. Cela ne vous fera que du bien à tous les deux. Car, en fin de grossesse, vous aurez beaucoup plus de mal à dormir à cause des mouvements du bébé.

En plus de la fatigue, certaines femmes peuvent aussi être sujettes aux vertiges alors soyez vigilante.

Les changements d’humeur

L’effervescence des hormones dans votre corps, surtout en début de grossesse, met à rude épreuve vos émotions. Vos humeurs sont changeantes et s’alternent entre une grande euphorie à une tristesse incompréhensible en passant par une colère inexplicable. Ces changements d’humeurs sont aussi difficiles à gérer pour la femme enceinte que son entourage. Cela ne veut pas dire que vous n’êtes pas heureuse d’accueillir votre bébé c’est tout simplement la façon dont votre corps se prépare. Étant plus sensible, ce n’est pas le moment de vous lancer dans de gros projets. Prenez du temps pour vous et soyez patiente.  

Ce ne sont là que des symptômes globaux. Certaines femmes peuvent ressentir toutes ces manifestations et bien plus encore tandis que d’autres pas du tout. Chaque grossesse est différente et à sa particularité.

Comment se déroule le suivi de la grossesse ?

sonde médecin ultrasons se déplaçant sur le ventre de femme enceinte

Au cours de la grossesse, votre corps change progressivement, car un bébé, ça prend de la place. Afin d’assurer le bon suivi du développement du bébé, vous devez faire des échographies à intervalle régulier. L’échographie est un examen médical qui permet de voir la silhouette de l’enfant, ses membres et aussi son sexe si vous le souhaitez. Cet examen a pour but de vérifier le bon déroulement de la grossesse et de confirmer l’absence de malformations en évaluant l’état de bien être de votre enfant. Ce n’est donc pas une séance de cinéma qu’il faut prendre comme un jeu. Aussi, pour vous accompagner à ces rendez-vous échographiques, choisissez une personne de confiance assez proche qui saura vous aider à gérer le stress.

Au total, il est recommandé de faire trois échographies obligatoires. La première a lieu au troisième mois de la grossesse. Cette première échographie sert à déterminer la date de la grossesse, à vérifier que le cœur du bébé bat et à identifier le nombre d’embryons formé. Elle permet aussi de mesurer la clarté de la poche d’eau au niveau de la nuque afin de détecter les risques de trisomie 21.

La deuxième échographie est réalisée au 5e mois. Elle sert à mesurer la croissance du fœtus, l’état du placenta et du liquide amniotique. C’est à partir de cette échographie que sont déterminées la majorité des malformations génétiques.

Enfin vient la troisième échographie qui est réalisée au début du 8e mois. Cette dernière échographie avant l’accouchement permet de suivre la croissance du bébé, de vérifier sa position et celle du placenta puisque c’est la dernière ligne droite qui annonce l’imminence de la venue du bébé.

Il peut arriver que vous ayez à faire plus d’échographies en fonction de l’avancée de votre grossesse et des faits que révèlent chacune des échographies précédentes sur la santé de votre bébé. C’est encore plus vrai s’il s’agit d’une grossesse à risque. Alors, ne négligez pas ces rendez-vous gynécologiques obligatoires.

Quelles sont les précautions à prendre quand on est enceinte ?

Dame enceinte mangeant des aliments sains à la maison

La grossesse n’est pas un jeu, mais quelque chose de bien sérieux. Il ne s’agit plus uniquement de vous. Vous avez maintenant la responsabilité de veiller sur ce petit être qui se développe dans votre ventre. Pour assurer sa protection, il y a un certain nombre de précautions que vous devez prendre en ce qui concerne votre hygiène de vie et votre alimentation. Voici pour vous quelques conseils qui peuvent vous aider à savoir quelles sont les bonnes habitudes à prendre.

Éviter de consommer de l’alcool au cours de la grossesse

Même la consommation d’un demi-verre d’alcool n’est pas envisageable au cours de la grossesse. Vous vous direz sûrement que le placenta protège votre enfant. C’est certes vrai, mais ce dernier ne fait pas barrage à l’alcool qui passe directement dans le sang du fœtus. L’alcool est une substance tératogène qui nuit au développement de votre bébé. Il peut :

  • provoquer la naissance prématurée du bébé ;
  • réduire son poids de naissance ;
  • entraîner des malformations graves ;
  • causer des troubles psychiques ou comportementaux ;
  • occasionner le syndrome d’alcoolisation fœtal (SAF).

Toute exposition prénatale à l’alcool est donc toxique pour l’enfant à naître et lui fait courir des risques plus ou moins sévères. Si vous avez du mal à ne pas boire d’alcool pendant votre grossesse, n’hésitez pas à demander de l’aide. 

Arrêter de fumer

Ce n’est plus un secret, nous savons tous que le tabagisme est néfaste pour la santé et encore plus pour les femmes en état de grossesse. Tout comme avec l’alcool, lorsque vous fumez ou qu’une autre personne fume à côté de vous, la fumée de cigarette agit directement sur votre bébé. Les conséquences du tabagisme sur la mère sont l’augmentation du risque de grossesses extra-utérines et des accidents obstétricaux. Sur le fœtus, le tabac occasionne :

  • des retards de croissance ;
  • des problèmes sanguins ;
  • des complications respiratoires et d’ordre ORL ;
  • la mort subite du nourrisson ;
  • la naissance prématurée ;
  • le décollement du placenta.

Pour votre propre bien et celui de votre bébé, vous devez vivre dans un environnement sans fumée. Toute sorte de drogue est aussi à proscrire. Si vous avez développé une addiction au tabac surtout pour la gestion de votre stress, faites-vous aider.  

Réduire sa consommation en caféine et en théine

Ces produits sont des excitants qui peuvent déclencher et multiplier les troubles du rythme cardiaque fœtal. Si vous ne pouvez pas vous passer de café, limitez votre consommation à une ou deux tasses de café léger par jour.

Abolir l’auto-médication

Pendant votre grossesse, ne prenez aucun médicament sans l’avis et le consentement de votre médecin. Certains médicaments peuvent avoir des effets très néfastes sur le développement de votre enfant. Même si vous souffrez d’un mal particulier et que vous avez l’habitude de prendre un médicament précis pour vous sentir mieux, ne le prenez pas. Demandez toujours l’avis de votre médecin au préalable. Si vous êtes malade, lui seul saura vous prescrire ce qu’il vous faut.

Fractionner les repas

Comme vous le savez déjà, au cours de la grossesse, vos habitudes alimentaires changent, mais cela ne veut pas dire qu’elles n’influent pas moins sur la santé de votre bébé. Vous ne devez donc pas vous laisser aller à toutes vos fringales au risque de vous retrouver avec un nombre important de kilos en trop qui pourraient rendre l’accouchement difficile. D’où l’importance de la fraction de vos repas.

Le fractionnement n’est pas synonyme de réduction ou d’augmentation de vos portions alimentaires. Le fractionnement vous aide simplement à mieux manger et à éviter les grignotages. Le principe du fractionnement est assez simple. Il vous suffit de subdiviser vos repas quotidiens en 5 par jour au lieu de 3. Comme ça, vous mangez de vrais repas et atteignez un meilleur état de satiété.

Manger équilibré

Le fractionnement à lui seul n’est pas suffisant pour éviter les kilos en trop. Vous devez également manger des repas équilibrés. Pour votre santé et celui de votre bébé, vous devez éviter de manger :

  • la viande crue ou fumée donc adieu au steak tartare et au carpaccio ;
  • les crustacés, les mollusques et tous les fruits de mer ;
  • le poisson cru ou fumé ;
  • les fromages au lait cru ou le lait cru lui-même ;
  • les pâtés, rillettes et foie gras ; 
  • les œufs et le gibier ;
  • les plats industriels ;
  • les aliments acides, gras et épicés.

Pour une alimentation saine et équilibrée, priorisez donc :

  • les fruits et légumes que vous prendrez soin de bien laver et d’éplucher avant consommation,
  • les aliments qui contiennent du bon gras saturé tel que les noix, les graines, le poisson gras et les huiles végétales qui sont riches en oméga 3 nécessaire pour la croissance du cerveau du bébé et de ses tissus ;
  • les féculents et les céréales telles que le riz, le pain, les pommes de terre… ;
  • les aliments protéinés tels que la viande et le poisson ;
  • des produits laitiers pour favoriser le développement des squelettes du bébé.

Prenez le temps de bien cuire vos repas avant de les consommer et mastiquer doucement les aliments afin de réduire les remontées gastriques. Ne négligez surtout pas la consommation des fruits et légumes, car ils sont riches en fibres ce qui vous permet de lutter contre la constipation.

Bien s’hydrater

Nous avons tous besoin de nous hydrater au cours d’une journée et les femmes enceintes encore plus. En effet, l’eau permet de :

  • transporter les nutriments du corps de la mère vers celui du bébé ;
  • éliminer les déchets que la mère et l’enfant produisent ;
  • prévenir la constipation et limiter l’enflure ;
  • prévenir les infections urinaires.  

Étant enceinte, l’eau est donc la meilleure boisson que vous puissiez consommer. Il est recommandé de boire au moins 1,5 litre d’eau par jour. Certaines infusions enrichies non sucrées à base de plantes naturelles sont également des boissons saines que vous pouvez consommer. De plus, certaines tisanes permettent d’atténuer les nausées et de soulager les maux liés à la grossesse. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

Faire des exercices modérés

La grossesse n’est pas synonyme de maladie. Alors, si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à faire quelques activités physiques. Mais attention, ce doit être des activités physiques assez douces comme la natation ou la marche ou encore le yoga. Le sport vous permet de vous détendre et d’évacuer le stress. Il améliore également la circulation sanguine.

 D’ailleurs, des études américaines ont démontré que l’activité physique au cours de la grossesse diminue le risque de diabète gestationnel de 50 % et la pré-éclampsie de 40 %. Il existe même des exercices spécialement dédiés aux femmes enceintes que vous pouvez trouver en faisant des recherches sur le net. Toutefois, certaines grossesses nécessitent de demander d’abord l’avis d’un médecin.

Par ailleurs, en matière de tâches domestiques, il est recommandé de lever un peu le pied. Ce n’est pas parce que le ventre n’est pas encore sorti que vous devez vous dépenser à fond dans les tâches ménagères et soulever des poids lourds d’autant plus qu’un incident n’est jamais loin.

Consulter son médecin

En cas de sensations anormales ou de fortes douleurs, n’hésitez pas à consulter votre gynécologue ou une sage-femme. Vous pouvez vous rendre directement aux urgences d’un hôpital pour un contrôle en cas d’indisponibilité. Qu’importe vos maux, ne les banalisez surtout pas.

La grossesse est une période merveilleuse, mais parfois la joie laisse place à l’anxiété à cause des milliers de questions que vous vous posez. Et c’est tout à fait normal d’être en proie à toutes ces interrogations. Pendant cette période, vous avez besoin d’être rassurée et soutenue par votre partenaire. Une femme soutenue se sent plus heureuse et moins stressée. En plus des conseils de cet article, participer aux cours prénatals peut être d’une grande aide ; y participer en couple est encore mieux. Soyez donc relaxe et profitez pleinement de cette fabuleuse expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.