Les dangers du Sexting

By  |  0 Commentaire
Une ado qui envoie un sexto

© KINGjeorge sur Flickr

On a beau être un digital native, on ne connaît pas forcément les aléas d’internet car chaque jour on est exposé à des dangers sur la toile. Et bien d’histoires tragiques dues à quelques échanges de mails sur internet, à quelques photos anodines sur une page Facebook nous rappellent à quel point c’est aussi dangereux de surfer sur internet.

Le sexting c’est cool mais …

Quand on poste les photos de nos dernières vacances en bikini sur Facebook, à quoi pensons-nous ? Lorsqu’on envoie une photo, des messages, des mails « sexy » voire « érotiques » bref qu’on s’adonne au « sexting » avec n’importe qui, qu’avons-nous en tête ? A se divertir un peu, à faire les fous, les folles ou juste à frôler l’interdit ? Même si de tels actes semblent anodins, on n’est guère conscient du danger qui nous guette derrière. Car tout simplement on se sent en sécurité parce que Facebook a renforcé la confidentialité des données sur son site, parce que la confiance est établie avec tous nos amis Facebook. Après tout, ils ne nous feront jamais du mal ces 1046 amis facebook.

En êtes-vous certain ?

Savez-vous que 88% des publications sexy ou suggestives (vidéos, photos …) sur n’importe quel site internet dont notamment Facebook peuvent atterrir dans un site porno ? Ces statistiques sont le résultat des recherches de l’IWF (Internet Watch Fondation). Pendant un mois, la fondation a procédé à l’analyse de 12 224 images et vidéos. On a reposté ailleurs 10 778 soit 88% de ces photos et vidéos.

Une fois que ces photos sont repostés ailleurs, on ne peut plus rebrousser chemin car c’est connu, sur internet, une photo circule facilement d’internaute en internaute et ce à une vitesse grand V. Lorsqu’on constate qu’on est tombé dans une mauvaise trappe, on a du mal à se contrôler car on constate petit à petit qu’il est difficile de se faire oublier sur internet, car internet n’oublie pas. Voilà une bonne leçon à retenir.

Suicide d’ados, cyberintimidation

Le mois d’octobre 2012 a été riche en évènement de ce type. Il y a eu des adolescents qui se sont donnés la mort suite à un sexting (envoi de photos et vidéos sexuels) ayant conduit à des harcèlements et des chantages sur internet.

C’est le cas d’Amanda Todd, une jeune fille de 15 ans, qui fut harceler pendant trois ans par un homme à qui elle avait montré et envoyé une photo de ses seins nus. Il s’agit là d’un simple sexting « innocent » dirions-nous mais en envoyant la photo, Amanda fut victime d’harcèlement de l’homme qui voulait voir « plus ». Ce dernier est même aller plus loin en diffusant à l’entourage (amis, famille etc.) d’Amanda ladite photo de ses seins nus. Durant trois années, Amanda a du déménager deux fois et changer d’école. Elle a eu des dépressions et est devenue alcoolique, voire droguée. Ses amis lui ont tourné le dos. En septembre 2012, la jeune fille décida de raconter son histoire au moyen d’une vidéo sur Youtube. Un mois plus tard, le 10 octobre 2012, on annonce le suicide d’Amanda qui avait assez de vivre dans l’angoisse.

Amanda Todd morte, l’histoire continue. Le groupe Anonymous a mené une enquête visant à retrouver l’homme qui a harcelé Amanda. Une semaine après le décès d’Amanda, le groupuscule dévoile une vidéo mentionnant les coordonnées (nom et adresse) dudit « harceleur ». Le suspect suite à cette accusation des Anonymous sort un démenti, ce dernier étant déjà face à la vengeance du peuple.

Un autre suicide d’ado s’est produit le 10 octobre 2012 mais en France. Le jeune homme nommé Gauthier avait 18 ans et il s’est suicidé en rentrant de l’école. Ce dernier était souvent sur Chatroulette pour flirter avec une jeune fille très demandeuse. Ils sont ensuite devenus amis sur Facebook. Une fois que la jeune fille a pu voir les contacts de Gauthier, cette dernière l’a fait chanter. Le maître chanteur de Gauthier lui a demandé de lui envoyer 200 €. S’il ne le faisait pas, elle diffuserait la vidéo sexuelle du jeune homme. Suite à ce chantage, Gauthier est mort à l’hôpital une semaine après son suicide dans le cabanon de son jardin.

Ces évènements ont conduit Christy Clark, premier ministre de la Colombie Britannique à réfléchir à la mise en place d’un projet de loi. Ce projet de loi aurait pour but d’apporter une meilleure protection aux adolescents navigant sur internet.

Protégeons les ados par l’information

Parce qu’il existe des lacunes au niveau de la formation et de l’information des adolescents aux dangers d’internet, qui doivent les protéger sur la toile ? Les parents?

Lorsqu’on regarde pourtant ce que certains parents diffusent sur internet : des photos nus de leur bébé, des images en maillot de bain du dernier séjour aux Antilles ; on ne peut penser qu’il y a encore du chemin à faire. Tout simplement, parce que même les adultes ne se rendent pas compte qu’en postant une photo de leur bébé nu sur internet, leur bébé fait face à un danger potentiel : celui d’avoir sa photo dans un site pédopornographique.

Quoi qu’il en soit, vu qu’aujourd’hui Internet est entré dans nos moeurs, il est primordial que chacun (adolescents, adultes, enfants …) apprenne à bien l’utiliser ceci pour éviter que la cyber-intimidation perdure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.